Inspecteur de Scotland Yard, à cheval sur la procédure

James BarringtonEngoncé dans un costume étriqué accentuant sa silhouette longiligne, avec chemise au col amidonnée, le front haut, le nez en avant, l’Inspecteur James Barrington présente tous les signes d’un homme austère, méthodique et rigide. L’homme est également un vrai professionnel et un serviteur dévoué de sa Majesté le Roi George. Tout comme le lieutenant Martin Poole à New York, ce fin limier est hanté par une série de meurtres barbares, surnommés « meurtres égyptiens » par la presse à scandale car touchant en particulier la communauté arabe de Londres, et dont bon nombre d’habitués de « la Pyramide Bleue« , un club de Soho.

L’inspecteur a été approché par Elias au sujet de ces meurtres rituels que ce dernier imputait à la Confrérie du Pharaon Noir, un culte de la mort d’origine égyptienne. Barrington s’était alors mis en relation avec différents experts, dont Edward Gavigan de la Fondation Penhew qui, s’il avait admis connaître le nom de cette société secrète, avait cependant précisé qu’elle n’existait plus depuis fort longtemps. Cette information avait d’ailleurs été confirmée par Tewfik Al-Sayed, un marchand d’épice de Soho, ayant servi de guide à des expéditions de la Fondation, recommandé de fait par Gavigan pour faciliter l’enquête au sein de la communauté egyptienne.

Tout d’abord curieux et disposé à écouter les américains, notamment lorsqu’ils évoquent l’affaire des sanglants meurtres new-yorkais, il se renferme rapidement face aux insinuations de O’Rourke quant aux méthodes pusillanimes de ses services pour résoudre cette enquête, avant de mettre un terme à leur entretien avec courtoisie mais froideur.

Les Investigateurs n’auront pas l’occasion de lever le malentendu car James Barrington décéde chez lui d’un arrêt cardiaque. Il ne fait pour eux aucun doute que l’inspecteur a payé au prix fort les conséquences de leur enquête dans la communauté egyptienne.