D’Au delà du Temps et de l’Espace

De la Cité aux Piliers Innombrables

Vint l’érudit à l’âme noire,

Sous des étoiles encore ignorantes

De la sagesse du Très Haut.

 

Les hommes éclairés disent :

Doigts et orteils après la venue du Prophète Bienfaiteur

La terre des hommes retombera dans l’ombre

D’Au delà du Temps et de l’Espace.

 

Les hommes éclairés disent encore :

N’est pas mort Ce Qui à jamais dort

Le blasphémateur a vaincu même la mort

Sa Reine attend, poussières et poussières

Par delà le temps, par delà l’espace

 

Ventre de pierre et visage d’homme,

A son nom, la terre s’ouvre entre les griffes de la Bête

Vers le dédale de Kish où se réfugia l’Immonde

Par delà le temps, par delà l’espace

Crains le lieu où les pierres songent

Là se où perpétue le souvenir des heures sombres.

 

Par delà le temps, par delà l’espace

N’est pas morte Celle Qui à jamais dort

Car à Kish enfin quelqu’un saura l’ entendre,

D’Au delà du Temps et de l’Espace

Par la lune noire, enfin traversera le néant

Appelée afin de revêtir la chair,

Son front ceint de sa couronne,

Le cou de son collier,

La taille de sa ceinture,

Pour à nouveau régner sur les Haut et Bas Royaumes.