Marchand blafard aux douteuses accointance

wycroftQue se trame-t-il donc dans le comptoir marchand en planches et en tôle se dressant à la sortie de Cuncudgerie, sur la poussiéreuse piste de Canning ?

A en juger par les quelques véhicules s’arrêtant dans la journée pour refaire le plein à la pompe jouxtant la bâtisse d’un étage et par le peu de passage, le propriétaire, Mortimer Wycroft ne doit guère rouler sur l’or…

Il faut dire que l’individu n’inspire pas a confiance sans parler de la sympathie. Silhouette dégingandée en salopette noire, le visage dissimulé sous son chapeau de car à bord large, Wycroft a quelque chose d’inquiétant. L’impression est confirmée en plus de ses longues jambes grêles par sa peau d’albinos livide et ridée lui donnant l’allure d’un vieux gommier noueux. ses voisins les plus proches ne peuvent que se signer pour les plus pieux, ou cracher dans la poussière pour les plus rustauds, en évoquant d’inavouables relations avec les trois vilaines aborigènes cuisent au soleil toute la journée sur le perron en fumant de mauvaises cigarettes roulées …

Une intrusion nocturne chez lui tournera vite à la fusillade, mais révélera qu’outre ses activités régulières, le géant blafard gardait de bien singuliers trésors sous son lit, capharnaüm d’objets pour le moins obscènes dont l’usage s’éclairera à la lecture d’un vieux manuscrit du XVIIeme siècle, Merveilleuse Intelligences, manifestement son bien le plus précieux.