Chapitre II: LONDRES

Jeudi 5 février – jeudi 12 février 1925, Ocean Atlantique: Les ombres de NewYork s’éloignent l’espace de quelques jours, au gré des vagues de l’Atlantique Nord. Chacun se repose et s’occupe, profitant des nombreuses distractions et opportunités offertes en première classe, pour tenter futilement d’oublier les épreuves récentes. O’Rourke, mal à l’aise parmi l’élite, se plonge au contraire dans la noirceur des Sectes Secrètes d’Afrique. Arrivés à Southampton, ils sautent dans un train pour Londres, avant de descendre au confortable Hotel Russell, dans le quartier de Bloomsbury, à deux pas du British Museum et de la Fondation Penhew.

Vendredi 13 février 1925 – Samedi 14 février 1925, Londres: Comme un mauvais présage, une pluie battante martèle la capitale anglaise, alors que les Investigateurs visitent le British Museum puis, dans l’après-midi, la Fondation Penhew. Samedi, dans la matinée, ils se rendent en plein fog londonien à Fleet Street, aux bureaux miteux du « Scoop » et font la connaissance de Mickey Mahoney. Le journaliste se souvient que l’écrivain, aux abois, semblait sur la trace d’un culte maléfique, la Confrérie du Pharaon Noir et s’était interessé à deux articles, l’un portant sur une série de meurtres sanglants, l’autre sur un obscur peintre surréaliste aux visions dérangeantes, Miles Shipley. Ensuite, ils s’entretiennent avec l’inspecteur James Barrington, à Scotland Yard, évoquant les « meurtres égyptiens » auxquels s’intéressaient Elias. En fin de journée, ils parlent brièvement avec Bertha Shipley, mère du peintre et conviennent d’un rendez-vous pour le lendemain. (Compte-rendu détaillé)

Dimanche 15 février 1925, Londres: les Investigateurs déambulent dans le quartier arabe de Soho, à la recherche de l’épicerie de Tewfik Al-Sayed, mentionnée par Barrington. Après un délicieux repas dans un petit restaurant égyptien, ils retournent sur Holbein Mews, chez les Shipley, mis mal à l’aise par l’insalubrité des lieux, la dérangeante sollicitude de Mrs Shipley et la folie manifeste de son fils. Dans la mansarde obscure, ils découvrent, plus qu’horrifiés les visions cauchemardesques couchées sur la toile par l’artiste schizophrène, dont plusieurs font sinistrement échos à certaines de leurs lectures et expériences. (Compte-rendu détaillé)

Lundi 16 février 1925, Londres: Après s’être acquittés des formalités à la City pour retirer suffisamment d’espèces, les Investigateurs retournent à la déplaisante maison Shipley pour prendre livraison de leurs toiles. Considérant le coût exorbitant de leur luxueux séjour à l’Hôtel Russell, une bonne partie de la journée est consacrée à chercher une solution plus raisonnable. Ils finissent par jeter leur dévolu sur la pension de Mrs Hargraves, à Chelsea. En fin d’après midi, ils se rendent à Soho pour discuter avec Tewfik Al Sayed, l’imperturbable épicier et ancien guide de la Fondation, qui à défaut de les éclairer, les initie au plaisir du thé à la menthe. (Compte-rendu détaillé)

Mardi 17 février 1925, Londres: En fin de matinée, ils retournent à la Fondation Penhew afin de solliciter un rendez-vous auprès du directeur de la Fondation, Edward Gavigan. Déambulant ensuite dans Soho, ils finissent par localiser « la Pyramide Bleue« . Dans l’après midi il s’entretiennent avec Mr Gavigan, qui se souvient d’ailleurs du courrier envoyé de New York par le professeur Finley, et accepte de mettre à leur disposition une salle de travail afin qu’ils puissent consulter le lendemain les compte-rendus officiels des expéditions menées par Sir Aubrey Penhew en Egypte. La journée se termine par une fastidieuse visite guidée de la galerie de l’étage en compagnie de Mr Gavigan. (Compte-rendu détaillé)

Mercredi 18 février 1925, Londres: Attablés à la Fondation Penhew, les Investigateurs s’efforcent de retracer l’itinéraire et les travaux de l’expédition Carlyle en Egypte. L’après-midi, ils sont reçus par Edward Gavigan qui leur confie comment les responsables de l’expédition se sont à l’époque fait escroquer par la négresse qui avait manipulé Roger Carlyle. En quittant la Fondation, Simons blêmit en apercevant l’homme qui a tenté de mettre fin à ses jours à New York. (Compte-rendu détaillé)

Jeudi 19 février 1925, Londres: Tandis qu’O’Rourke consacre la matinée de jeudi à acquérir une arme à feu au marché noir, ses compagnons s’évertuent en vaines recherches. Le lendemain, l’Irlandais prend livraison de son revolver sur les docks. Le soir, les Investigateurs descendent à la Pyramide Bleue, se mêlant à la foule des clients afin de d’écouter les conversations et de soutirer d’éventuelles informations auprès des danseuses. Ils font la connaissance de Yalesha, dont le fiancé a été assassiné cet hiver. la jeune femme leur fait part de sa crainte de la Confrérie du Pharaon Noir et des agissements troubles de Tewfik Al-Sayed, qui viendrait chercher une fois par mois des clients et habitués afin de les emmener en camion vers une mystérieuse destination. (Compte-rendu détaillé)

Vendredi 20 février 1925, Londres: Après une matinée consacrée à des recherches sur des faits tournant autour de la Pyramide Bleue, les Investigateurs retournent à Scotland Yard pour prévenir l’Inspecteur Barrington des dernières informations relatives à Al-Sayed. En soirée, ils découvrent avec stupeur que leurs chambres ont été cambriolées et que tous les documents reltifs à leur enquête ont été subtilisés. Ils décident de pénétrer au cours de la nuit chez Tewfik Al-Sayed. Ils y découvrent d’irréfutables preuves de ses liens avec la Confrérie du Pharaon Noir et sont une fois de plus confrontés à une magie ancienne. Contraints de fuir, ils choisissent à contre-coeur de ne pas laisser un ennemi vivant derrière eux et O’Rourke tue l’égyptien alors qu’il gît inconscient. Effrayés par la tournure des évènements, ils choisissent de passer la nuit dans un train. (Compte-rendu détaillé)

Samedi 21 février 1925, Londres: de retour au matin, les américains changent de logement. Consultant la presse afin d’avoir les échos des évènements de la veille, ils ont la consternation d’apprendre le décès de l’Inspecteur Barrington, ayant apparemment succombé à une attaque cardiaque à son domicile dans la nuit de jeudi à vendredi. Assaillis par le poids de la culpabilité, ils ne peuvent se leurrer quant aux véritables circonstances ayant mené le policier à la mort.

Dimanche 22 février 1925, Londres: Les Investigateurs montent une surveillance de la Fondation Penhew et repèrent des individus patibulaires prenant livraison d’une énorme caisse. Les suivant jusqu’au docks mal fâmés de Limehouse, ils pénètrent l’entrepôt pour découvrir après une violente altercation avec les gardes indiens une cargaison de pièces mécaniques à la conception plus que déconcertante, destinée à un Mr Ho Fong de Shanghaï, ainsi que de l’opium, laissant ainsi supposer d’inquiétantes ramifications internationales aux agissements de la secte londonienne. Ne voulant pas laisser à leurs adversaires l’occasion de reprendre la main, ils pénètrent par effraction dans la vénérable Fondation Penhew, découvrant l’existence d’une pièce secrète en sous-sol où Edward Gavigan dissimule bien des secrets, dont une imposante collection d’artéfacts antiques et répugnants et de tomes anciens sans nul doute riches de mystères blasphématoires. (Compte-rendu détaillé)

Lundi 23 février – dimanche 1er mars 1925, Portsmouth, Londres: Afin de se mettre à l’abri d’éventuelles représailles de la Confrérie du Pharaon Noir et de permettre à William O’Rourke de se remettre de sa blessure et de sa côte brisée, les Américains décident de se mettre au vert en descendant sur la côte à Portsmouth. Mary Sanger tourne en rond tandis que le professeur Finley et le Dr. Simons tentent d’en savoir plus sur leurs adversaires en étudiant les grimoires et parchemins subtilisés à la Fondation et chez Al-Sayed. Page après page se révèle l’inquiétant tableau d’une religion secrète, vraisemblablement très ancienne, ayant revêtu de nombreux aspects au cours de l’histoire. La semaine se termine par un retour sur Londres afin de mener des recherches relative à une quelconque conjonction astronomique proche susceptible de revêtir aux yeux du culte une signification mystique majeure, tandis que Miss Sanger reprend contact avec Mickey Mahoney du Scoop qui leur apprend l’existence de la Maison Misr, le domaine de Gavigan dans les marais de l’Essex. (Compte-rendu détaillé)

Lundi 2 mars- samedi 14 mars 1925, Colchester, Cambridge: Les Investigateurs quittent la capitale pour se rendre dans le Comté d’Essex et décident de se terrer dans une chambre d’hôtel à Colchester, à quelques dizaines de miles d’Harwich et de la région des Fens. Mary Sanger supporte de plus en plus mal l’enfermement en compagnie de Finely et O’Rourke qui passent leur temps à compulser les ouvrages de Gavigan. Le jeudi 6 mars, la journaliste et le Dr Simons passent la journée au port de pêche d’Harwich, afin de se renseigner sur le domaine de Gavigan. Préférant après une rapide reconnaissance, attendre que le détective soit remis de sa blessure par balle, ils attendent la semaine suivante pour revenir à quatre afin de percer les mystères du Manoir Misr.

Dans la nuit du 14 au 15, dérobant un canot de pêcheurs, ils se frayent un chemin à travers les marais à la faveur de la lune descendante et accostent discrètement sur l’île pour découvrir une bâtisse du XVIIème siècle, s’affaissant lentement dans la fange du marais, entourée d’un parc à l’abandon. Empruntant un chemin s’éloignant dans le sous-bois, ils surprennent une cérémonie impie et assistent horrifiés à l’apparition d’une abomination d’outre-monde qui entreprend de soumettre des victimes sacrificielles à un sort des plus abjects. Avec l’énergie du desespoir, les Investigateurs ouvrent le feu, faisant un véritable carnage parmi les sectateur. Le chaos se déchaîne, la Chose-Dieu semant la mort et la folie dans les rangs de ses propres adorateurs avant d’être renvoyée vers le Néant qui l’avait vomie, au terme d’un combat desespéré, au cours duquel les Américains survivent de peu à la puissante sorcellerie du chef de la congrégation, nul autre qu’Edward Gavigan.

Titubant au milieu des cadavres en lambeaux, en état de choc, ils se dirigent ensuite vers le manoir alors que les conjurés détalent. Ils ne sont pas au bout de leurs peine car après avoir affronté les domestiques du manoir, ils doivent faire face au cauchemar de Simons, une effroyable créature ailée invoquée par un des séides de Gavigan. Le monstre met O’Rourke en pièces avant d’être abattu par Mary Sanger. Se réfugiant à l’intérieur du manoir, pour procéder aux soins d’urgences, Simons et Finley doivent encore en découdre avec l’invocateur de la Bête, manifestement membre de l’aristocratie anglaise. Ils découvrent un vieux souterrain datant des persécutions de l’époque de la Réforme de Cromwell avec d’infects cachots. Ils en libèrent un unique survivant, l’antiquaire « chasseur d’ouvrages »  Timothy Sedgewick-Pendergroves et découvrent un sinistre laboratoire de sorcellerie, qu’ils incendient non sans avoir mis la main sur un impressionnant registre détaillant un inquiétant trafic de reliques occultes. (Compte-rendu détaillé)

Dimanche 15 mars – mercredi 17 avril 1925, Londres, Southampton: Initalement réfugiés chez Mr Sedgewick-Pendergroves, qu’ils mettent en garde contre d’éventuelles représailles de la Confrérie, les investigateurs américains optent pour s’éloigner de la capitale. Ils s’établissent non loin de Southampton, dans la perspective d’un départ prochain vers l’Egypte. Le Dr Simons s’emploie au chevet de Mary, qui se remet lentement de son épaule brisée. Finley et O’Rourke mettent cette convalescence à profit pour approfondir leur étude du Livre de Dzyan et des Fragments de G’Harne et traduire les parchemins découverts à la Fondation Penhew.