Chapitre VI: SHANGHAI

10 novembre 1925, Shanghai, Chine: Arrivée des Investigateurs à Shanghai. Formalités douanières et installation à l’hôtel sur le Bund.

11 novembre 1925, Shanghai, Chine: Les investigateurs engage un interprète, le jeune Li Weng Chen et commencent à enquêter en visitant le Musée de Shanghai tout en essayant d’exhumer des faits divers notables dans les archives du Courrier de Shanghai. ils mettent en évidence une trainée de cadavres mutilés au milieu des faits divers émaillant le chaos de la ville chinoise, ainsi que de trois incidents aux inquiétants relents de surnaturel: l’ incendie d’un petit temple de la ville chinoise, l’effondrement dans le fleuve d’une partie du Club des Navigateurs et un meurtre extrêmement brutal survenu dans une maison de tolérance de Lantern Street, non loin d’ailleurs de l’adresse indiquée par la mystérieuse boite d’allumette retrouvée en janvier dans les affaires d’Elias.

12 novembre 1925, Shanghai, Chine: Les Investigateurs comptent sur Mr Li pour savoir les diriger dans le dédale de la Vieille Ville chinoise, par delà la relative sécurité de la Colonie Internationale, afin de se rendre au Temple du Nuage Pourpre d’Automne, ravagé par un incendie fin septembre. Ils s’entretiennent avec un bonze survivant de l’incendie. Il est rongé par le chagrin, pleurant encore la mort des moines qui vivaient ici, travaillant à traduire les trésors de la littérature de la dynastie Tang.  En outre, le bonze leur apprend que juste avant le dramatique incendie qui leur a coûté la vie, les trois érudits s’étaient entretenus avec un Blanc. Un Blanc au physique imposant, brun de cheveux… S’agissait-il de Jack Brady ?

Après une collation déroutante, ils décident d’aller enquêter du côté de Lantern Street, dans un quartier sordide au nord-est de la Colonie Internationale, un amas de tripots, maisons de tolérance et entrepôts miteux s’étalant le long des berges boueuses du Whangpoo. Sous le regard discrètement désapprobateur du prude Mr Li, Dodge et Simons se rendent sur les lieux du meurtre brutal d’il y a deux jours…Une maison de fille-fleurs, appellation pudique pour désigner une maison close, où les deux hommes découvrent non sans gêne que les jeunes chinoises offertes au plus offrant sont de bien jeunes fleurs en vérité. Après avoir négocié avec difficulté avec l’abrupte tenancière, le Dr Simons inspecte la chambre. Même si la chambre a été sommairement nettoyée, il n’est ps difficile de comprendre qu’un meurtre d’une violence inouïe a eu lieu ici. Du sang a été répandu dans toute la pièce, du sol au plafond.  Passée l’horreur initiale, un examen minutieux révèle de bien troublants indices: de profondes rayures   lacèrent par endroits le plancher et le mur de bois vernis jusqu’au plafond tandis que les restes de volets ouvragés pendant lamentablement de ce qui reste du chambranle de la fenêtre, comme si une chose massive s’était frayée un passage depuis l’extérieur… lorsqu’il découvre une sorte de pointe de cornée semblable à du métal,  profondément fichée dans le bois, Simons ne peut réprimer un frisson repensant à la folie qui s’était emparée de lui, dans les entrailles maudites de la Montagne du Vent Noir, face au grand serpent de ténèbres appelée par la prêtresse M’Weru.

Désireux d’en savoir plus, O’Rourke décide d’aller à son tour dans la maison de tolérance, afin de faire parler une des jeunes prostituées. Le détective suivant son instinct, prétend jeter son dévolu sur une délicate jeune fille répondant au « nom de scène » de Jade Tremblant. Celle-ci  sort de son mutisme résigné dès lors qu’elle comprend que l’Irlandais n’en veut pas à ses charmes juvéniles et explique que si la Fille-Fleur a survécu et a été transférée à l’hôpital en état de choc, son client n’a pas eu autant de chance. Le malheureux était un certain Mr Chin Hsin-Chou, un homme respectable et sans histoire vivant dans la Vieille Ville. Mr Chin était déçu d’ailleurs que sa fille-fleur préférée n’ait pas été là ce soir. Cette dernière, Choi Mei-Ling, avait été vendue la veille du meurtre à une autre maison, son manque de diligence à l’égard des clients étant devenu intolérable pour la tenancière. Depuis qu’elle fréquentait un Américain, John, Mei-Ling ne cessait ces derniers temps de prétexter fatigue et nausées. Selon Jade Tremblant, sa camarade était surement tombée amoureuse du gwailo. Il ressort du témoignage que l’homme pourrait correspondre à la description de Jack Brady.

Fort de cette piste encore brûlante , ils se rendent prestement au 140, Lantern Street, pour s’entretenir avec Mei-Ling. Malheureusement, le tenancier, un homme corpulent et désagréable affectant des airs suffisants de docteur taoïste, leur apprend, entre deux malédictions son encontre, que cette « fille de ferme trop cher payée »s’est enfuie comme une voleuse. Jurant de dépit en voyant leurs espoirs s’envoler, ils décident de guerre lasse d’aller enquêter du côté du Tigre Trébuchant, l’établissement mentionné sur la boite d’allumettes retrouvée dans les affaires d’Elias au Chelsea Hotel au grand dam de Mr Li.

La boue maculant le plancher inégal du tripôt ne détonne pas au regard des murs tachés d’humidité suitant du plafond, sous le regard fâné de stars hollywoodiennes  d’il y a 20 ans cotoyant des chanteurs et starlettes chinoises aux airs langoureux, leurs visages de papier jaunis par des années de fumées de cigarettes russes, chinoises ou américaines de contrebande. Accoudé au zinc, la seule chose qui reluise un tant soit peu dans ce havre de vagabonds et d’aventuriers échoués, la tête dodelinant au rythme d’un jazz de Jelly Roll Morton péniblement craché par le phonogramme, se tient un chinois trapu, dont les taches de rousseurs et les reflets roux incongrus trahissent du sang écossais. Avec le  demi sourire de celui qui se fait passer pour plus bête qu’il n’est, l’autre moitié de la bouche crispée autour d’une mauvaise cigarette roulée , Fergus McChum accueille les investigateurs, le regard s’attardant un instant sur Mary Sanger, comme si Jesus ou le Roi George venaient de rentrer dans son bouge… S’il reconnait avoir entendu parler de Brady, McChum leur explique qu’il y a longtemps que l’on a pas vu le Yankee. Il serait parti du côté de Rangoon, bosser pour un certain Charlie Grey, trafiquant d’arme de son état, à moins qu’il ne se soit embarqué pour le Nicaragua où une guérilla serait en cours… Malgré leur insistance et leurs doutes, le barman eurasien ne se départit pas de son ironie et n’en dira pas davantage.

13 novembre 1925, Shanghai: décidant de poursuivre la piste de celui qui pourrait être Jack Brady, le quatuor, accompagné de leur guide, se rend au Club des Navigateurs où le tenancier hollandais reconnait dans la description de Brady un de ses clients, un certain John Smith. L’homme n’est jamais revenu payer son ardoise, depuis l’accident ayant fait crouler une partie de la façade, il  y a de cela plus d’un mois. Suspectant un incident surnaturel du fait de l’article de journal, les investigateurs, avec l’aide réticente du probe Mr Li, approchent des pêcheurs et autres mendiants trainant dans le quartier. Ils finissent par rencontrer un indigent à moitié détruit par l’opium jurant avoir vu un « gigantesque tas de merde avec des dizaines d’yeux et de gueules hurlantes vomi par Koei-men-kwan, la Porte de l’Enfer des Démons » jaillir du Whangpoo pour arracher les pilotis et précipiter une partie de l’hôtel miteux dans le fleuve. S’il serait commode d’imputer pareille élucubrations aux stupéfiants, O’Rourke ne peut s’empêcher de frémir tant la description de la chose fait écho à une des pires horreurs mentionnées dans les Fragments de G’Harne,  les protéiformes shoggoths, abominables serviteurs de la race des bâtisseurs de la cité préhumaine décrite par Wendy-Smith dans son livre si contesté. Les investigateurs décident de retourner au Tigre Trébuchant pour laisser un message à l’attention de Brady, des fois qu’il referait surface, message faisant allusion à Hypathia Masters et à Robert Huston.

14 novembre 1925, Shanghai:

15 novembre 1925, Shanghai:

16 novembre 1925