Jackson Elias (1886-1925)

Jackson Elias parle couramment plusieurs langues et voyage sans cesse. Il est sociable et ne refuse pas un petit verre de temps à autre. Il fume la pipe. C’est aussi un coriace, solide et ponctuel, qui n’a pas peur de la bagarre ou des autorités. C’est d’abord un autodidacte et ses travaux de recherche très fouillés semblent s’appuyer sur une expérience de première main. Très secret, il ne parle jamais de ses projets avant d’en avoir terminé la rédaction. Il lui arrive parfois de regretter d’avoir du choisir entre ses enquêtes et sa relation avec Mary Sanger, à qui il n’a peut être pas su donner sa chance…

Ses ouvrages décrivent et analysent les cultes de la mort. Son livre le plus célèbre s’intitule Les Fils de la Mort et traite des communautés thugs dans l’Inde moderne. Tous ses livres expliquent comment les cultes exploitent les peurs de leurs adeptes. Elias est un sceptique qui n’a jamais découvert de preuves démontrant l’existence des pouvoirs surnaturels, de la magie ou des dieux ténébreux. Pour lui, les adeptes des cultes de la mort se caractérisent d’abord par leur folie et leur complexe d’infériorité. Ils massacrent des innocents pour se sentir puissants ou élus. Les cultes attirent essentiellement les faibles d’esprit, même si leurs chefs sont généralement très intelligents et manipulateurs. Lorsqu’un culte cesse de terrifier, il disparaît inéluctablement.

De retour à New York après une longue absence, Jackson reprend contact avec des amis et connaissances, par l’intermédiaire d’un mystérieux télégramme, annonçant qu’il est sur une affaire stupéfiante, en lien avec la funeste expédition egyptologique du playboy Roger Carlyle qui avait défrayé la chronique il y a 5 ans. Il leur donne rendez-vous le 15 janvier 1925 à 20:00, à l’Hotel Chelsea au cours d’une brève conversation téléphonique durant laquelle l’écrivain semble perturbé. Ce sera dernière fois que ses amis lui parleront. Elias est retrouvé brutalement assassiné dans sa chambre d’hotel par des assassins appartenant à une secte sanglante. De mysterieux indices vont mettre ses amis sur le chemin de la vengeance et de la damnation…

Bibliographie :

Des Crânes sur le Fleuve, (Prospero Press, 1910). Traite du culte des chasseurs de têtes du bassin de l’Amazone.

Les Maîtres des Arts Noirs (Prospero Press,1912). Un survol des cultes sorciers à travers l’histoire.

Le Chemin de la Terreur (Prospero Press,1913). Analyse le système de la peur employé par les cultes. Une introduction enthousiaste de Georges Sorel.

Un Cœur Encore Fumant (Prospero Press,1915). La première partie traite des cultes de la mort historiques de la civilisation maya, la seconde décrit certains cultes de la mort existant encore au sein de l’Amérique Centrale actuelle.

Les Fils de la Mort (Prospero Press,1918). La communauté thug moderne. Elias l’a infiltrée pour écrire ce livre.

Les Cultes de Sorcières en Angleterre (Prospero Press,1920). Les cercles de sorcières de neuf comtés anglais et des interviews de sorcières anglaises modernes. Rebecca West a jugé qu’une partie de la documentation était insignifiante et abusivement exploitée.

Le Pouvoir Noir (Prospero Press,1921). Suite du Chemin de la Terreur, on y trouve les interviews anonymes de plusieurs chefs de cultes.

Tous ces ouvrages sont publiés par Prospero Press à New York — éditeur, Jonah Kensington.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s