GORDON LEWIS (1880 – 1925)

Guide de chasse désabusé et alcoolique 

Gordon Lewis portrait

Issu d’une famille anglaise d’ouvriers modestes, Gordon sait depuis longtemps que son destin l’emportera loin des rivages de la verte Albion. C’est ainsi qu’il s’engage dans l’armée britannique durant la Grande Guerre, allant combattre en Afrique orientale contre les troupes de Von Lettow-Vorbeck au sud de la colonie. Il s’achète ensuite une petite ferme au nord de Nairobi et gagne sa vie en tant que guide de chasse pour les riches européens en quête de sensations fortes et de gros gibier.

Bien qu’âgé de plus de quarante ans, si les années ont buriné son visage et fait grisonner ses cheveux et sa barbe, il demeure massif et robuste comme un chêne, larges d’épaules  et aux mains calleuses. Un homme avec qui il ne fait désormais pas bon plaisanter dès lors que son regard lointain s’assombrit car il n’a plus rien à perdre…

En effet, c’est au retour d’un safari au nord de Thika, en 1923, que la malheur qu’il avait réussi à esquiver pendant la Grande Guerre va s’abattre sur lui. Après une soirée durement arrosée, il découvre sa propriété en flammes. En apprenant la mort de sa femme et de ses deux fils, fou de douleur, il tente de remuer ciel et terre pour comprendre ce qui a bien pu se passer. La découverte du corps d’une jeune noire morte asphyxiée dans la cave, portant manifestement des traces de sévices, va faire porter les soupçons sur cet homme par ailleurs connu pour son penchant pour la bouteille. Bientôt des rumeurs circulent affirmant que la négresse était confinée par Lewis qui abusait d’elle en secret, que sa femme aurait découvert son existence et que durant la violente altercation qui s’en serait ensuivie, une lampe renversée aurait scellé le destin de la famille Lewis. Les protestations de Gordon ne l’empêcheront pas d’être incarcéré avant que le manque de preuves n’obligent à sa relaxe.

Le guide de chasse va tenter de retrouver les totos de sa ferme afin de connaitre la vérité sur les évènements de cette nuit funeste. Il se heurtera à un mur de silence, la peur semblant sceller les lèvres. Tout au plus apprendra-t-il que cette nuit là, une jeune kikuyu au regard effaré, affamée et délirante avait été retrouvée sur les shambas de la ferme. Recueillie par Hisham, le contremaitre somali, puis confiée à la gouvernante Nyose, la jeune fille laissa échapper des propos incohérents au sujet de  » L’homme au couteau », « des flammes diaboliques »  et d’un « trou noir ». Un peu plus tard dans la nuit, un violent incendie se déclare dans la maison qui est dévorée par des flammes que certains noirs qualifient de surnaturelles. Malgré la colère et l’insistance de Lewis, il ne put en apprendre davantage, les noirs refusant de parler et intimant le silence à ceux d’entre eux qui mentionnèrent une mystérieuse « langue sanglante« .

Depuis, Lewis a sombré dans l’alcool, un paria dans la petite communauté des Blancs de Nairobi, écumant les bouges et dormant dans veuille automobile, une épave ruinée, tout comme lui.

Et puis, deux ans plus tard, l’esprit embrumé par le mauvais whisky, Lewis tombe sur l’édition du 10 juin du Nairobi Star relatant un étrange incendie survenu dans le train de Mombasa, à propos duquel les témoignages divergent, certains passagers parlant d’étranges feux de Saint Elme bondissants… Dégrisé, Gordon saute dans sa voiture et fonce vers les faubourgs afin de pouvoir parler à cette américaine blessée dans l »incendie, le coeur battant à l’idée d’enfin tenir une piste…

Sa quête pour venger ses enfants culminera lors de l’affrontement contre M’Weru durant lequel, appliquant la Loi du Talion, il abattra le Rejeton de Nyarlathotep. Au cours de cette terrible bataille, il sauvera le Dr Simons d’une mort atroce en repoussant la Mort Ailée gardant la Montagne du Vent Noir. Malheureusement, Lewis ne survivra pas longtemps à ses blessures infectées et périra quelques jours plus tard en dépit des efforts du Dr Simons.

 FOR 16 DEX 13 CON 14 TAI 17 APP 11 POU 13 INT 12 EDU 15

Santé mentale 59 Aplomb Points de vie 16

Compétences de savoir:
Anglais 75%, Kiswahili 50%, Gikuyu 25%, Allemand 25%, Histoire Naturelle 50%, Connaissance du Kenya 25%
 
Compétence techniques:
Bricolage 25%, Discrétion 35%, Ecouter 45%, Pister 40%, Se cacher 25%, Orientation 25%, Survie 50%, Vigilance 40%
 
Compétences physiques:
Armes d’Epaule 75%, Armes Tranchantes 41%, Athlétisme 25%, Bagarre 45%
 
Niveau de vie : Miséreux (£ 50 /an)
Cercles d’influence :Baroudeurs (proche), Indigènes (éloigné) , Autorités Britanniques (opposé)