WILLIAM O’ROURKE

DETECTIVE PRIVE, opiniatre et vif d’esprit

Issu d’une famille d’immigrés de Cork en Irlande, O’Rourke a grandi dans les ruelles crasseuses de South Boston où il a appris à jouer des poings pour se faire respecter au sein des gangs de voyous. C’est paradoxalement la Grande Guerre qui va l’empêcher de tomber dans la spirale du crime. Il est enrôlé dans la 77ème Division d’Infanterie et part sur le front dans les Ardennes, où il officiera comme brancardier. C’est là, auprès de blessés du tristement célèbre « bataillon perdu », le 308ème d’Infanterie, qu’il va entendre des histoires effrayantes faisant état de soldats morts se relevant dans les tranchées, des témoignages dont les détails morbides se recoupent d’une manière trop troublante pour être ignorés . Catholique mais ayant eu une grand mère un peu sorcière, William a toujours cru au surnaturel auquel il s’est également interessé de près et tente d’en savoir plus, mais se heurte assez vite à un mur de silence.

A son retour à Boston, comme beaucoup d’Irlandais, il entre dans la police et malgré son niveau d’étude, se passionne pour la criminalistique dévorant avidement tous les traités sur le sujet, de Lombroso à Locard en passant par Goddard voire même Conan Doyle. Néanmoins son enthousiasme, venant bousculer les habitudes du service, et son intelligence exceptionnelle ne plaisent pas à ses supérieurs qui le prennent rapidement en grippe. Suite aux violentes répressions des mouvements syndicaux lors des grèves de la police de Boston 1919, il finit par rendre son badge, écoeuré, pour se mettre à son compte comme détective privé.

Toujours à l’affût d’affaires non conventionnelles, il se contente le plus souvent de disparitions liées à des mouvements sectaires ou d’histoires de hantises relevant évidemment du charlatanisme. C’est d’ailleurs sur une de ces enquêtes qu’il croisera la route de Jackson Elias, alors sur les traces d’une secte de quakers trempant dans le satanisme et sympathisera avec lui, fortement interessé par le savoir ésotérique du journaliste …

Il vivote ainsi d’affaires d’adultères soporifiques en disparition sordides …jusqu’au jour où il est engagé par un certain Maurice Van Laaden de Grand Rapids, Michigan pour enquêter sur la sinistre réputation attachée à l’ancienne demeure familiale qu’il tente désespérement de mettre en vente. C’est là qu’O’Rourke va être pour la première fois confronté personnellement à des forces dépassant son entendement et franchir la ligne dont on ne revient pas, celle qui sépare la masse confortablement ignorante de ceux qui ont entrevu ce qui rôde de l’autre côté du voile fragile de la réalité. Une expérience dont il ne parle qu’à demi-mots mais qui l’a définivement changé, l’obsède et le pousse paradoxalement à vouloir en savoir plus..

FOR 15 DEX 16 CON 16 TAI 15 APP 11 POU 12 INT 17 EDU 13

Santé mentale ? Aplomb 1 Points de vie 16

Signes particuliers: Cicatrices de brûlures sur le bras et la poitrine suite à un assaut magique en Angleterre. Cicatrice d’éventration

Traumatismes: séquelles d’une éventration (douleurs chroniques)

Compétences de savoir:
Anglais 81%, Mythe de Cthulhu 22%, Droit 27%, Sciences Occultes 36%
 
Compétence techniques:
Criminalistique 60%, Métier (Serrurerie) 50%, Photographie 30%, Premiers Soins 64%, Bibliothèque 40%, Discrétion 49%, Ecouter 47%, Pister 20%, Psychologie 35%, Se cacher 30%, Trouver Objet caché 65%, Vigilance 45%
 
Compétences sociales:
Baratin 38%, Contacts & Ressources 26%, Interroger 20%, Perspicacité 34%, Persuasion 61%, Savoir-vivre 26%
 
Compétences physiques:
Armes de Poing 86%, Armes d’Epaule 35%, Athlétisme 61%, Bagarre 78%, Conduite 30%
 
Niveau de vie : Pauvre ($ 2,000 /an)
Cercles d’influence : Force de l’ordre (proche), Pègre (éloigné) , Notables (opposé)
 
Ouvrages du Mythe lus: La Vie d’un Dieu, Sectes Secrète d’Afrique, Les Fragments de G’harne 
Sortilèges Connus: Enchainer les Morts, Le Signe Rouge de Shudde M’ell, Invoquer le Nom Secret du Sultan des Démons