Garde du corps et ami intime de Carlyle (1886-1919 ?)

Jack Brady semble être à la fois le garde du corps personnel de Roger Carlyle mais également son ami le plus proche, si ce n’est le seul. Personnage au passé nébuleux, on dit de lui qu’il aurait été soldat en Chine et durant la Grande Guerre, puis mercenaire en Turquie. Il connaitrait le turc, l’arabe et plusieurs dialectes chinois.

Sa rencontre improbable avec le millionnaire new-yorkais survient en Californie, alors que le jeune Roger Carlyle vient de se faire expulser d’USC. Au cours d’une bagarre de bar qui tourne mal, Brady étrangle son adversaire avant que les témoins ne puissent intervenir, attestant d’une force considérable ou d’une technique confirmée. Une heure de tête-à-tête suffit à sceller une solide amitié, à l’étonnement des proches de Carlyle dont c’est le premier attachement véritable. Carlyle fait appel aux meilleurs avocats du pays, qui détruisent pièce par pmièce le dossier d’accusation. sept témoins oculaires sont éclipsés par une nuée d’arguties juridiques et Brady est acquitté.

La paire est désormais inséparable et Brady alterne les rôles de garde du corps et porte-parole de Roger Carlyle. il se chargera de l’intendance et supervisera la main d’oeuvre locale durant la funeste expédition de 1919.

Jackson Elias affirme dans ses notes s’être entretenu avec un mercenaire qui aurait croisé Brady vivant en 1923 à Hong-Kong, soit plusieurs années après son décès présumé au mains des tueurs nandis au Kenya. C’est à partir de ce postulat que le journaliste va échaffauder l’hypothèse que d’autres membres de l’expédition pourraient très bien être encore vivants eux-aussi.

Publicités